Courbes IDF

Les courbes intensité-durée-fréquence établissent un lien entre l’intensité des précipitations de courte durée et leur fréquence d’occurence. Elles sont souvent utilisées dans la prévision des crues et la conception de systèmes de drainage urbain.

Les événements de précipitations extrêmes peuvent générer de grandes quantités de pluie sur de courtes périodes. Ces pluies et les inondations qui en découlent peuvent submerger les égouts pluviaux, inonder les sous-sols, emporter les ponts et les routes et causer des glissements de terrain. Pour réduire le risque de ces répercussions, les ingénieurs, les hydrologues, les planificateurs et les décideurs ont besoin de données précises sur les événements pluvieux extrêmes. Les courbes IDF constituent une source importante de ces données.

Les changements climatiques devraient entraîner une augmentation de pluies extrêmes au Canada. Pour cette raison, les courbes intensité-durée-fréquence (IDF) fondées uniquement sur des observations historiques ne sont pas appropriées pour une prise de décision à long terme. Pour tenir compte des répercussions des changements climatiques sur les pluies extrêmes et les courbes IDF, Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) recommande l’utilisation d’une méthodologie de mise à l’échelle.

Des renseignements supplémentaires sur l’intégration des changements climatiques dans les courbes IDF sont disponibles dans la Zone d’apprentissage.  Pour plus d’informations techniques sur la façon dont les courbes IDF sont produites, veuillez consulter la page des Ensembles de données climatiques en génie d’Environnement et Changement Climatique Canada ou communiquer avec l’Unité services climatiques pour le génie à [email protected]

Les normales climatiques 1981-2010 servent à décrire les conditions climatiques moyennes d’un endroit donné.

À la fin de chaque décennie, Environnement et Changement climatique Canada calcule une nouvelle série de normales climatiques en utilisant les observations de cette décennie. Tous les pays membres de l’Organisation météorologique mondiale calculent les normales climatiques. Comme elles décrivent les conditions climatiques moyennes les plus récentes pour un lieu donné, elles sont souvent utilisées pour replacer les événements extrêmes dans leur contexte.

Les normales climatiques offertes ici reposent sur les stations climatologiques canadiennes ayant au moins 15 années de données pendant la période normale actuelle de 30 ans.